أضيف في 26 ماي 2018 الساعة 17:36


Quels bienfaits, le nouveau découpage territorial nous a-t-il rapportés (à Azilal) ?


Lamsallak Said



 

  Lamsallak Said

L’état marocain a décrit souvent, le nouveau découpage territorial comme fonctionnaliste, permettant de mettre en valeur les identités régionales. En revanche ; et après trois ans presque de l’entrée en vigueur de ce projet-là, bon nombre, de politologues affirment qu’il va contribuer à les démanteler… Il est vrai, certes que, l’avant-projet du découpage en question qui fut proposé par le ministère de l’intérieur en 2014 a connu par la suite un cumul d’observations des partis politiques pour dire que « sa finition » fut le résultat d’une vision participative. Il est aussi vrai que les causes d’y avoir réfléchi se rapportent à la nécessité d’une réforme relative à beaucoup de changements majeurs au Maroc : une croissance in crescendo de l’urbanisation, l’inégalité entre les régions très visible à l’œil nu, un exode rural immaitrisable, l’émergence d’ONG actives face à l’immobilisme parfois de l’état, la mondialisation qui, en quelques  sortes, incite inéluctablement les états à se débarrasser de la décentralisation timide et pressante sur les régions … Mais ce nouveau découpage adopté ; a-t-il vraiment contribué à une conception d’une gouvernance territoriale efficace ? Quelle valeur ajoutée les nouvelles prérogatives et pouvoirs élargis attribués aux conseils régionaux, ont-ils vraiment rapportés au développement de la région ? De quelles performances et capacités a-t-on pourvu les acteurs politiques régionaux en terme de gestion des affaires locales qui sont devenues plus larges et plus complexifiées ??

A notre avis, ce nouveau découpage-après trois ans -et depuis l’élection du 1er président du conseil régional (Beni Mellal – Khénifra)- n’a fait que promouvoir un développement inégalitaire entre les villes de la région. C’est comme s’il favorisait davantage le « Maroc utile » celui, de Beni Mellal et la ville du phosphate qui –stipule l’homme de la rue- a sauvagement surexploité les eaux du grand barrage de Bin El ouidane à en crever le cœur de ceux et celles qui l’avaient côtoyé depuis leur enfance ( voir l’image) ; pour le lavage et le drainage !!??.  C’est normal que les gens adoptent une telle pensée vis-à-vis d’un grand barrage qui avait longtemps irrigué les plaines de Tadla, du Haouz … et qui a demeuré toujours en pleine forme malgré les vicissitudes des changements climatiques. Heureusement que la bonne pluviométrie hivernale a « sauvé la vie «  à un grand patrimoine dont s’enorgueillissent les habitants de cette province tant marginalisée au passé ; sinon ; on en dirait long..   

Revenons donc au sujet des décideurs qui ne cessent de se vanter de ‘’l’efficacité’’ d’un découpage (basé sur des critères objectifs relatifs à la fonctionnalité économique et aux pôles de développement intégré.) . Cette nouvelle configuration, à notre avis, ne fait que nourrir, d’une façon ou d’une autre, les contraintes préjudiciables à la rationalité et la fonctionnalité sciemment recherchées. Nous pensons qu’avec le cas d’avoir remplacé « Tadla Azilal » par « Béni Mellal/Khénifra » ; le découpage ait été motivé (consciemment ou pas) par des considérations politiques. Azilal n’a jamais eu le droit de présider aux destinées de sa région malgré le fait qu’il regorge d’un potentiel naturel, hydraulique, minéral incroyable ! Azilal demeure – le cas échéant de l’état actuel de son grand barrage – un espace d’exploitation sans réception positive de retour, une ville, une province montagneuse reléguée aux calendes grecques en termes d’infrastructures de bases, et de grands projets capables d’améliorer les conditions de vie de ses populations et de ses montagnes.

Nous aurions aimé voir des retombées positives d’un nouveau découpage sur notre province et notre ville. Malheureusement après quatre longues années, Azilal patauge encore dans la misère, ses montagnes barbotent sous le sinistre joug du paupérisme malgré des budgets colossaux accordés à une nouvelle région où nous demeurons des ramasse- miettes !

 Par ailleurs, nous aimerions insister sur l’importance de procéder à un diagnostic basé sur une vision générale de l’égalité territoriale. Lequel diagnostic qui pourrait faire de notre région un espace industriel par excellence, au lieu de l’ancienne circonscription qui labélise cette partie du Maroc sous un aspect «touristique et agricole ». La région, certes, regorge de ressources naturelles et agricoles importantes, mais ; a-t-on jamais pensé d’en créer un grand espace économique basé sur des finalités du développement industriel ? Tant elle déborde de phosphate (uranium), de barrages (électricité), et de minéraux…. ??...  cette finalité économique repensée, ne permettrait-elle pas d’ouvrir de fortes perspectives d’investissements et de productivité ? Ne donnerait-elle pas à ce vaste espace géographique diversifié une nouvelle identité régionale puissante et valeureuse ?

En conclusion, je dirais que le choix du nouveau découpage territorial adopté pourrait être découlé d’un besoin essentiel de solidarité régionale et de l’égalité territoriale  comme le stipule l’institution officielle. Mais à en contempler les résultats après la nouvelle nomination, tout le monde à Azilal est enclin à lui accorder le bénéfice du doute, vu que ce découpage-là ne fait que renforcer une économie diffusionniste au détriment d’autres villes et parties de la région, surtout, les zones montagneuses, combien marginalisées !.

Il suffit ; donc de faire l’inventaire des projets dont on avait bénéficié depuis 2015 pour tout découvrir :  aucun projet d’envergure ; à l’exclusion d’un  saupoudrage de maigres initiatives et programmes à la limite du dérisoire ; comparés aux grands projets exécutés dans les autres villes de la région. Une réalité sordide qui vient s’ajouter au « blocage » qui gangrène et entrave les vrais travaux et les vraies responsabilités que devrait assumer le conseil communal actuel d’Azilal à l’égard d’une petite ville qui saigne de partout…   



تعليقات الزوّار
الآراء الواردة في التعليقات تعبر عن آراء أصحابها

1- je suis d'accord avec toi si Said

tahiyya lik

les motivations du nouveau découpage demeurent certainement politiques bien réflechies d'avance.. personnellement; je n'ai rien ressenti de bénéfique depuis 2015 sur notre pauvre ville . Tadla/Azilal était mieux pour diverses raisons ...aujourd'hui; c'est une réalité "sordide" que nous vivons ici ; et tu as tout à fait raison. continuez à écrire comme ça et merci encore une fois. ton collègue Abderazzak. F...

في 26 ماي 2018 الساعة 27 : 22

أبلغ عن تعليق غير لائق


2- bravo

makhloufi

نصيب ازيلال من التقسيم الجهوي الجديد هو = لا شيء = اعطى وساهم بالكثير من اجل الاستقلال ونهبت خيراته الغابوية والمائية بعد الاستقلال ولا زال ضمن =المغرب الغير النافع = في نظر المخزن وادنابه

في 31 ماي 2018 الساعة 31 : 12

أبلغ عن تعليق غير لائق




أضف تعليقك على المقال
*المرجو ملئ جميع الخانات و الحقول الإلزامية المشار إليها بـ

* الإسم
* عنوان التعليق
* الدولة
* التعليق




أقرأ أيضا
نسيان
قصيدة شعرية وتهنئة الشاعر زوعيف بمناسبة عيد العرش العلوي المجيد
تخليد مئوية التخييم عبر ترسيخ قيم المواطنة والسلوك المدني
التسول ولكريساج، و سياسة الدولة
أهم انتظارات الساكنة من رجال السلطة الجدد بمنطقة دمنات
حملة المقاطعة بالمغرب و أشياء أخرى (رأي)
مؤسسة ’جزيرة الفكر ’ بسلا و الأسر المتوسطة المراهنة على التعليم الخاص
حدادٌ على وطن يغرقُ أبناءه في 20 سنة سجنا ظُلما
مُمَرِّض في حَيْصَ بَيْصَ ومعاينة الوفيات (2)
دمنات : ’ نهار عيدكم نهار عطشكم ايها الدمناتيون..’